Accueil > Phytothérapie > Le curcuma : un allié anti-cancer

Le curcuma : un allié anti-cancer

mercredi 22 décembre 2010

Le curcuma : un allié anti-cancer

Le curcuma ne relève pas seulement le goût de vos mets. Le curcuma possède également de nombreux bienfaits dont celui d’être un allié anti-cancer.


Le curcuma, un allié santé

Originaire d’Asie du Sud-est, le curcuma ressemble à du gingembre à la chair orangée. Les scientifiques l’appellent le « curcuma longa ». Il constitue l’un des principaux ingrédients du curry. En fait, il s’agit d’une plante herbacée rhizomateuse vivace classée dans la famille des zingibéracées. Le curcuma est présent dans la cuisine indienne et asiatique en général, on le connaît mieux sous le nom de safran des Indes. D’autre part, ses pigments ont autrefois servi de teinture aux robes de bonzes ou des moines bouddhistes par exemple, avant l’invention des teintures chimiques.
Parmi les 50 espèces, c’est au curcuma longa que l’on a recours pour un usage médical. Il est utilisé pour ses propriétés digestives et anti-inflammatoires, et de nombreuses études sont en cours pour préciser son action sur les cancers, la maladie d’Alzheimer, et le sida. Sous forme d’huile essentielle, le curcuma soulage efficacement les douleurs et les inflammations des rhumatismes. Il faut savoir que pour être bien absorbé par l’organisme, le curcuma doit être dilué dans de l’huile ou associé à du poivre ou de l’ananas.

Les nombreuses vertus du curcuma

La consommation régulière de curcuma permettrait de réduire significativement le développement des cellules cancéreuses. En effet, des études in vitro ont révélé que le curcuma serait susceptible d’agir sur trois niveaux. Tout d’abord, il diminuerait l’effet mutagène de certaines substances ; d’un autre côté, cette plante faciliterait la mort prématurée des cellules en dégénérescence ; enfin, elle aurait un effet antiangiogénique en empêchant la vascularisation de la tumeur. En Chine par exemple, il est officiellement conseillé aux personnes à risque de cancer de l’œsophage.
D’autre part, le curcuma est recommandé en cas de troubles digestifs. En stimulant le foie et en favorisant l’excrétion de la bile, il prévient également l’estomac contre les brûlures gastriques. Par ailleurs, la médecine l’utilise pour soigner des arthrites, ainsi que des inflammations oculaires. Non pas qu’il empêche l’inflammation, mais la module. Comment ? En inhibant les enzymes, qui viennent alors par la suite participer à la synthèse des substances inflammatoires. N’hésitez donc pas à inviter le curcuma dans vos assiettes, sachant qu’il est fortement déconseillé aux femmes enceintes et qui allaitent, ainsi qu’aux enfants en bas âge.


2008-2017 Huiles essentielles - Aromathérapie
Plan du site | Contact | RSS 2.0