Accueil > Phytothérapie > Les bienfaits du coqueret

Les bienfaits du coqueret

mercredi 31 août 2011

Les bienfaits du coqueret

Le coqueret est une plante sauvage capable de se développer dans des habitats très diversifiés. Son fruit est surtout utilisé à des fins culinaires pour décorer les desserts, et ses feuilles sont utilisées en phytothérapie.


Les caractéristiques du coqueret

Le Physalis alkékenge est communément appelé coqueret. Quelques fois, il est désigné sous l’appellation amour en cage ou lanterne japonaise. Il appartient à la famille des solanacées. Cette plante peut atteindre 60 cm de hauteur. La feuille est simple, ovale et de couleur verte. Elle est velue. Le physalis présente une tige souterraine. Le fruit est une baie de forme arrondie qui est enveloppée d’un calice renflé. Le fruit immature contient de la toxine, ce qui le rend non comestible à moins de le cuire. Une fois mature, il peut agrémenter les mets sucrés. Cette baie est riche en vitamine C.

La plante contient de l’acide malique, du tanin, du glucide et un alcaloïde appelé physaline. De plus, il renferme de l’huile et du mucilage. Des principes amers et du bêtacarotène sont également présents dans cette plante. Le coqueret possède des vertus sudorifique, laxative et dépurative. La feuille a des propriétés rafraîchissantes et sédatives, tandis que la baie est diurétique. Le rhizome est calmant. La plante est fébrifuge, anti-inflammatoire, antitussive et utéroactive.

Utilisations du coqueret

Le coqueret est principalement indiqué pour guérir la sphère urinaire. En effet, il est capable de soigner les infections urinaires, les lithiases et la rétention d’urine. Il est aussi préconisé pour éliminer les calculs rénaux. En outre, il soulage l’hydropisie et la jaunisse. Grâce à son effet sudorifique, il permet de résoudre les problèmes de rétention d’eau. De plus, il est aussi utilisé pour calmer les troubles digestifs. La plante a un effet expectorant et est indiquée en cas de toux. La goutte, le rhumatisme ainsi que la colique néphrétique peuvent être traités par administration d’une décoction de baies sèches.

D’autre part, le coqueret est préconisé pour combattre l’albuminurie et la fièvre générale. À part cela, il soigne les furoncles tout en apaisant la douleur. Dans ce cas, vous pouvez faire un cataplasme de fleurs fraîches. Sinon, vous pouvez consommer 5 à 6 baies matures fraîches à jeun, chaque matin. Pour soigner les troubles du foie, faites une cure de baie pendant 15 à 20 jours. Pour ce faire, mangez 30 à 40 baies fraîches de coqueret chaque matin.


2008-2017 Huiles essentielles - Aromathérapie
Plan du site | Contact | RSS 2.0