Accueil > Phytothérapie > L’hibiscus et son rôle dans le cadre de la phytothérapie

L’hibiscus et son rôle dans le cadre de la phytothérapie

jeudi 22 mars 2012

L'hibiscus et son rôle dans le cadre de la phytothérapie

En plus d’être belle et décorative, la fleur d’hibiscus joue un rôle bien défini en médecine. Avec ses feuilles et ses racines, elle promet de nombreux bienfaits à l’organisme. Découvrez-les à travers ce guide.


Hibiscus : caractéristiques

L’hibiscus porte le nom scientifique d’hibiscus sabdariffa. Il fait partie de la famille des malvacées et se caractérise par un arbuste dont la taille peut varier d’un à trois mètres. Originaire du Burkina Faso, on le retrouve surtout dans les pays tropicaux. La fleur d’hibiscus se reconnaît facilement avec ses grandes fleurs qui se déclinent en rouge, blanc verdâtre ou pourpre, selon la variété. Les pétales, quant à eux, peuvent être soudés à la base ou parfaitement distincts. Au total, on distingue plus de 30.000 espèces d’hibiscus. En phytothérapie, on utilise ses fleurs, ses feuilles et ses racines.

Propriétés de l’hibiscus

Généralement, on associe à l’hibiscus les propriétés suivantes : antiseptique urinaire, diurétique, mais aussi croissance des cheveux, purification et amélioration du teint et nettoyage du sang. Chez l’hibiscus, chaque partie de l’arbuste a des propriétés bien définies. Ses fleurs, émollientes, sont particulièrement utilisées pour réduire le flegme. Elles sont très efficaces chez la femme, car elles visent à détendre les muscles utérins et à la soulager des douleurs menstruelles. S’ajoute à cela leur capacité à réduire d’importants flux de sang et à maintenir l’appareil urinaire en bonne santé. La racine d’hibiscus joue également un rôle dans la réduction de flegme. Elle est principalement utilisée pour traiter la toux et dégager les voies respiratoires.

Forme d’utilisations possibles de la plante

Dans le cadre de la phytothérapie, on peut faire appel à l’extrait de fleurs d’hibiscus ou à son huile essentielle. Sinon, il est courant d’utiliser directement ses fleurs. Pour cela, la cueillette se fait manuellement et les fleurs sont séchées naturellement, au soleil. Pour les conserver, on les place à l’abri de la lumière, de l’air et de l’humidité. La décoction de ces dernières est un antiseptique urinaire efficace qu’on consommera également en cas d’angine, de stomatite ou de bronchite. Les fleurs peuvent aussi être utilisées en cataplasme. Elles ont ainsi pour effet de calmer les piqûres d’insectes, de traiter les dermatoses prurigineuses, abcès et furoncles.


2008-2017 Huiles essentielles - Aromathérapie
Plan du site | Contact | RSS 2.0