Accueil > Phytothérapie > Ménopause : jusqu’où peut aller la phytothérapie ?

Ménopause : jusqu’où peut aller la phytothérapie ?

lundi 15 août 2016

Ménopause : jusqu'où peut aller la phytothérapie ?

Pour beaucoup de femmes, la ménopause est une période assez pénible aussi bien sur le plan physique que sur le plan psychique. Pourtant, mis à part les traitements médicamenteux, il est tout à fait possible d’atténuer les symptômes grâce à des méthodes plus douces et naturelles, comme la phytothérapie.


Une diminution des bouffées de chaleur

Depuis quelques années, la phytothérapie est particulièrement sollicitée pour la diminution des bouffées de chaleur qui apparaissent lors de la ménopause. Certaines plantes permettent en effet de rétablir le déséquilibre hormonal qui favorise l’apparition de ce type de symptôme assez gênant. Il s’agit ainsi des plantes dénommées « œstrogène-like » qui peuvent stimuler l’activité hormonale. On notera entre autres la sauge qui, en stimulant l’activité des ovaires, va rapidement freiner l’excès de sueur, ou le houblon qui favorise la production des œstrogènes par le corps. S’invitant de plus en plus à nos tables, le soja est également connu comme étant un aliment particulièrement riche en œstrogènes, donc idéal pour atténuer ces bouffées de chaleur.

La fatigue

La phytothérapie est également efficace dans le traitement de la fatigue qui intervient fréquemment pendant la ménopause. Pour aider les femmes à surmonter cette période en toute sérénité, ce traitement alternatif est possible avec du romarin, dont l’efficacité est assez surprenante en matière de fatigue permanente. À cela s’ajoute le ginseng. Grâce à ses propriétés toniques, sans être excitantes, il aide l’organisme à s’adapter au mieux aux différentes situations de crise.

Les troubles de l’humeur

La ménopause est aussi synonyme de troubles de l’humeur chez certaines femmes. Il peut s’agir d’une simple baisse de tonus psychique ou d’un sentiment de déprime, de tristesse et de désespoir selon le cas. D’après une série d’études menées aux États-Unis et en Allemagne, le millepertuis concentré en principes actifs procurerait les mêmes résultats que les antidépresseurs chimiques, mais sans les effets secondaires. La racine de valériane est par contre recommandée pour le traitement de l’anxiété, des complications nerveuses, de la dépression, de l’insomnie et des différents symptômes qui ont un lien avec le stress.

Quid des sueurs nocturnes ?

Se présentant comme une importante sudation sur l’ensemble du corps, les sueurs nocturnes sont également inséparables de la ménopause. Malheureusement, jusqu’à ce jour, il n’existe pas d’études bien précises qui viennent confirmer que les traitements à base de plantes sont réellement efficaces contre ce type de symptôme.


2008-2017 Huiles essentielles - Aromathérapie
Plan du site | Contact | RSS 2.0